Que feriez vous si vous perdiez votre emploi demain?

Je vous pose la question parce que, de toute ma vie, je ne me suis jamais sentie aussi enchaînée ni aussi libre en même temps! Si vous vous demandez où j’ai disparu depuis quelques temps, c’est bien simple, je *tra*vail*le*. Je travaille. Je travaille. Et quand je ne travaille pas je m’occupe de mes enfants. La priorité est bien sûr les enfants mais je dois honnêtement dire que je travaille bien plus que je ne les vois… D’où le sentiment d’être enchaînée, prise dans un rythme de vie infernal. D’un autre côté je me sens libre comme l’air! Eh oui, je travaille avec plaisir, avec goût, avec intérêt. Toutes les heures que je fais sont comptabilisées et payées. Je n’ai pas d’assurance emploi mais vous me connaissez, j’ai fait mes calculs en me basant sur la méthode que j’avais décrite dans mon article « Combien de temps pourriez-vous vivre sans votre source de revenu principale« . En passant, cet article date de 2009 et est encore bien d’actualité, je vais d’ailleurs en écrire une suite pour le mettre à jour puisque mes paramètres de vie ont changé; entre autres je ne travaille plus à salaire et mes enfants ne sont plus à la garderie. Quoiqu’il en soit, la méthode à suivre est la même et je sais grâce à elle que je pourrais vivre et m’occuper de mes enfants sans revenu pendant un an. Sans altérer mon mode de vie actuel. J’ai fait du chemin en trois ans : -)

En rétrospective, quitter mon emploi à salaire était vraiment la meilleure des décisions que j’ai prise ces deux dernières années. Je le savais à l’époque, mais c’était tout de même une grosse décision étant donné ma situation de mère monoparentale; surtout, je courais le risque de ne pas décrocher/garder mon contrat, ce qui m’aurait mis dans une position difficile (mais non impossible, vive les fonds d’urgence qui permettent tant de libertés!). Je prends des risques, Oui, mais je ne saute jamais sans filet.

Presque deux ans plus tard, mon contrat avec mon deuxième client finit fin juin, ce qui fera en fait deux ans tout rond où j’aurais été à mon compte. J’ai reçu carte blanche sur le nombre d’heures que je pouvais faire pour que le projet aboutisse, ce qui démontre le respect que ce client a envers moi. C’est un fait, je me sens bien là où je suis.

Voici mon horaire de semaine:

  • 6:30: Lever du/des corps : -)
  • 7:25: J’emmène les enfants à l’école, je prends mon bus et je vais travailler
  • 16:30: Je prends mon bus en sens inverse, je récupère les enfants et c’est la ronde habituelle: devoirs, repas, devoirs (s’il en reste), douches, lecture
  • 20:30: Dodo pour tous! Oui, même pour moi! La journée (et surtout l’accumulation de journées du même style) me rentre dans le corps donc je dors…
  • 22:30: Je me réveille et je travaille jusqu’à 3 ou 4 heures du matin
  • 6:30: On reprend les mêmes heures sur une journée différente et on recommence.

Je me rappelle avoir déjà vécu un rythme endiablé de ce style mais à l’époque j’étais salariée, je ne voyais pas les trois-quart de l’argent que je rapportais à ma compagnie… Cependant le travail était intéressant, j’étais bien dans ma peau… Et j’étais plus jeune aussi, disons que je récupérais mieux. ; -)

Au moins maintenant le mercredi je n’ai pas les enfants, mon ex a décidé qu’il s’en occuperait. Le mercredi je travaille donc jusqu’à 20:30 au lieu de 16:30 et je sors ensuite avec mes amis. Même si je dors moins j’ai la chance de rencontrer des personnes qui me sont chères et avec qui je recharge mes batteries. C’est mieux que de dormir! ; -) Mon ex prend aussi les enfants le samedi matin de temps en temps et quand c’est le cas je vais les chercher le dimanche soir. Je passe donc toute ma journée du samedi à dormir si je peux, et je travaille la grande majorité du dimanche.

Je vais être très honnête, ce n’est pas un rythme de vie que je serais en mesure de conserver longtemps mais c’est justement là où cela devient intéressant! Je *sais* que cela ne peut pas durer et j’ai même une date de fin (en juin) qui me motive et me pousse à donner le meilleur de moi-même. Si j’étais salariée je me dirais (comme je me le disais à l’époque) qu’un projet peut toujours en cacher un autre. C’est bien connu, les bons éléments sont faciles à placer et il est rare d’avoir un moment de repos entre deux assignations quand on travaille pour une firme de consultants. La question ne se pose plus pour moi. J’ai le contrôle de mon temps quand je suis entre deux contrats, et j’ai le contrôle sur mon argent en tout temps. Le paradis!

S’il y a une chose que j’ai apprise depuis longtemps, c’est que les objectifs financiers d’une entreprise passent toujours en premier, bien avant le bien-être de ses employés. Il n’y a rien à faire, si vous n’êtes pas rentable ou que vous coûtez trop par rapport à ce que vous rapportez, vous pouvez bien avoir 10 enfants et des dettes par dessus la tête, la compagnie ne fera pas de sentiments. La sécurité d’emploi n’existe pas. Il suffit de voir ce qui se passe avec les employés d’Aveos, et malheureusement ils ne sont pas les seuls à voir leurs droits bafoués. L’homme est un loup pour l’homme.

Travailler pour son propre compte, ou pour celui d’une compagnie, c’est une grosse décision. Personnellement je n’ai plus à me poser la question de savoir ce que je ferais si je perdais mon emploi demain. J’ai bâti les plans de ma vie professionnelle en conséquence, je ne pourrais donc jamais être prise par surprise. Cela fait longtemps que je ne prends plus rien pour acquis de toute façon. Un emploi aujourd’hui et peut-être rien demain. Qu’à cela ne tienne, je me suis organisée . Je sais, ce n’est pas donné à tout le monde. Tout dépend de son contexte de vie, de son expérience, de son expertise, de sa motivation et de son besoin d’indépendance, mais travailler à son compte est définitivement une avenue à considérer. Et vous, que feriez-vous si vous perdiez votre emploi demain? Quel serait votre Plan B?

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter


20 thoughts on “Que feriez vous si vous perdiez votre emploi demain?”

  1. Val dit :

    Un pas à la fois, c’est bien dit Mathieu 🙂 Une chose est sûre, tu ne mets pas tous tes oeufs dans le même panier! Je me demande ce que tu veux dire par « entreprise privée »… Certainement un sujet d’article?

    J’ai travaillé toute la fin de semaine et là je repars pour un tour… En fait nous sommes le 23 avril et j’ai déjà fait mes heures pour le mois… À partir de maintenant et jusqu’au 30 je fais des heures supplémentaires. Je ne suis pas payée plus mais dans mon cas cela ne fait pas de différence. Je dois dire que j’ai très hâte aux vacances, je ne vois plus la différence entre une journée de semaine et une autre!

    Merci Arnaud, pour ton commentaire! C’est une question de choix. Si tu es bien dans ton emploi pourquoi aller voir ailleurs? Je serais d’ailleurs sans doute avec mon premier employeur si la compagnie n’avait pas été rachetée; j’adorais mon travail et ma vie alors! Tout n’est pas juste une question d’argent, et chacun sait que l’argent ne fait pas le bonheur. Il y contribue beaucoup, c’est tout. Encore faut-il savoir le gérer 😉

  2. Encore une fois un bel article.

    Quelle détermination et quel courage bravo Val.

    Avoir de quoi venir pendant un an est une sécurité indispensable qui permet de voir la vie autrement, tu le soulignes très bien.

    L’idée de travailler pour soi me vient progressivement, mais pas question de quitter mon boulot qui est très intéressant, mais aussi très prenant.

    A bientôt,

    Arnaud

  3. Resalut Val,

    En fait, pour mes sources de revenu, c’est le classique:
    – bourse
    – immobilier
    – internet
    – entreprise privée

    Un pas à la fois…

  4. Val dit :

    De géologie à programmation Mystick, il y a vraiment un monde! Et puis c’est une décision qui a vraiment changé sa vie. Non seulement il ne visite pas des mines à longueur de temps (vive le ciel bleu!) mais en plus il ne t’aurait jamais rencontré s’il n’était pas retourné à l’école! Le destin parfois… 🙂

    Je vois que vous êtes entourés de geeks lol. C’est logique en fait 🙂 En passant ce terme ne se veut pas péjoratif. J’imagine que vos petits seront des mini-geeks également 🙂 Quant à la vie que vous avez choisie… Wow! J’adore les Cantons de l’Est. Ok, ça demande des sacrifices comme le voyagement pour ton mari (surtout en hiver d’ailleurs) ou le manque de choix dans les emplois disponibles pour toi mais le jeu en vaut largement la chandelle, je trouve. Une vie plus saine et plus tranquille, moins de stress, des enfants plus zen, plus d’espace, plus de ciel, moins de taxes, bref… C’est un excellent choix!

  5. Mystick dit :

    hey oui un couple de programmeurs 🙂 Mon mari a fait un BAC en géologie avant de changer d’orientation de carrière (il ne voulait pas s’expatrier au loin pour travailler dans des mines) alors il est retourné au cégep en informatique… c’est là qu’on s’est rencontrés. Alors on a 10 ans de différence d’âge ! [ J’espère m’en servir pour prendre ma retraite en même temps que lui alors très jeune 😉 ]

    On peut très bien comprendre les situations de travail de l’autre. Parfois on s’appelle ou on s’écrit pour demander si l’autre connait un logiciel qui fait x ou y ou s’il a déjà écrit un bout de code pour faire telle ou telle chose… pratique. Mais en plus tous nos amis sont programmeurs aussi car ce sont ceux du cégep ou des collègues de travail… et mon seul beau-frère est architecte réseau ! lol

    Côté travail, on habite en campagne dans les cantons de l’est… personnellement je n’aime pas conduire et je m’occupe de nos enfants, alors j’esssais toujours de me trouver des emplois en région. Jusqu’à date j’ai été chanceuse. Par contre ça fait que je dois m’adapter à ce que la compagnie fait et non me trouver un emploi dans ce que j’ai de l’expérience. Par exemple j’étais rendue très calée en Cognos, mais quand j’ai perdu mon emploi la seule chose que j’ai trouvé c’est du Filemaker… alors je m’adapte. Mon chum lui voyage Montréal et a donc des meilleurs conditions et salaires. Mais voyager les deux Montréal ça serait quasi impossible avec la garderie.

  6. Val dit :

    @Mystick: Un couple de programmeur! 🙂 Trop sympa! Au moins vous devez bien vous comprendre! 🙂 Comme je l’expliquais à Yannick, je préfère le côté « analyste d’affaires » car je me fonds dans la masse. On a toujours besoin d’un bon analyste qui peut à ses heures et lorsque requis écrire des analyses fonctionelles, des processus et des cas de tests. Bref, je m’adapte aux demandes mais je n’ai pas de certifications. Je pourrais très bien en passer une mais je n’en ai pas le temps, ni l’énergie. Et dans mon cas ce n’est pas une obligation.

    J’aime ton coup de gueule, je le trouve vrai et pertinent. Je suis d’accord, il y a beaucoup d’incompétents dans notre milieu et même s’ils sont faciles à repérer ils s’organisent toujours pour se trouver une job et faire assez de dommage avant de changer de boîte. Je me demande d’ailleurs comment ils font pour passer les entrevues…

    Je suis vraiment loin d’envisager une job à temps partiel à 3 jours, même si ce serait le rêve! Je suis encore trop jeune et les petits vont certainement aller dans le privé au secondaire, je ne peux pas vraiment me le permettre. Plus tard, certainement. Une chose est sûre, je n’ai pas l’intention de me rendre à la retraite et être trop âgée pour profiter de ma liberté!

  7. Val dit :

    @Mathieu: Ouach, je suis désolée d’apprendre ça… Tu sais, la sécurité d’emploi n’existe vraiment plus. Cela a été le cas il y a plusieurs décennies mais plus maintenant. J’aurais vraiment voulu faire comme mon père et rester dans la même compagnie toute ma carrière. J’avais aussi trouvé la compagnie de mes rêves mais elle a été rachetée… Une histoire classique vraiment.

    Contente de savoir que tu ne t’en fais pas trop quand même, grâce à ton fonds d’urgence, et curieuse de savoir sur quelles multiples sources de revenu tu travailles, si ce n’est pas indiscret? Moi aussi je cherche 🙂

    @La décision: C’est vrai que c’est excellent comme système. J’adore la débrouillardise et votre système est certainement un cas typique de Système D! C’est décidé, je vais creuser davantage sur le système Tontine, vous avez piqué mon intérêt!

  8. Val dit :

    @Yannick: En fait je ne fais affaire qu’avec très peu de chasseurs de tête. Ils se comptent sur les doigts d’une main, mais c’est amplement assez. Mon dernier contrat n’était d’ailleurs pas par eux, c’était du réseautage (et heureusement en fait car ils ne m’ont rien trouvé jusqu’à très récemment, la semaine dernière pour être précise!) C’est donc une combinaison de plusieurs sources, même si restreintes.

    Ton ami est bien renseigné, il s’agit effectivement des taux en vigueur en 2012. Tout dépend encore une fois de ton rôle, qualifications et expérience. Tu peux t’attendre à un taux de $95 si tu es expérimenté et très spécialisé (développeur top notch en .NET par exemple, ou Java, avec spécialisation sur une plateforme en vogue). Si tu es gestionnaire tu peux t’attendre à un taux dans les $100+ mais là il faut savoir que tu seras certainement le premier à débarquer du projet parce que tu coûtes justement trop cher. Je préfère mon rôle d’analyste d’affaires, je me fonds dans le paysage sans faire de vague. Je ne charge pas trop, ni pas assez, et je suis très versatile (pas du tout spécialisée) donc je peux faire à peu près tout, y compris remplacer les autres. C’est tout une question de dosage.

    Je comprends que tu veuilles attendre que tes enfants soient plus âgés, c’est vrai qu’il s’agit d’une grosse décision. Je peux quand même dire que même monoparentale je suis contente de l’avoir prise 🙂

  9. Yannick dit :

    Val: Merci pour les explications. Je croyais que tu ne passais PAS par les chasseurs de têtes et que tu trouvais tes contrats directement auprès des clients. (Un peu comme vendre sa maison avec DuProprio au lieu de passer par un agent)

    Effectivement ça doit être plus facile ainsi. Pour ma part je reçois au moins 1 appel ou courriel de chasseur de tête par mois…quand il ne m’appellent pas directement au travail. Je les trouves parfois particulièrement insistants. On voit bien que les bonnes ressources se font rares.

    Sinon je pense faire le saut éventuellement lorsque les enfants seront plus grands. Pour l’instant c’est plus compliqué mais ça ne sera pas toujours ainsi. J’ai un ami qui m’avait parlé pouvoir faire 80$ de l’heure à contrat alors c’est sûr que même si la sécurité d’emploi n’y est pas, l’aspect financier est trop intéressant pour que je ne me renseigne pas éventuellement.

    Aussi il faut dire qu’on es pas mal choyé à l’endroit où je travail. Tout est mit en oeuvre pour le bien-être des employés. Pour avoir connu des endroits ou tu n’es qu’un numéro, ça fait du bien de savoir que ton travail est apprécié. Sans compter les multiples formations que j’ai pu assister.

    Merci pour ton billet! Tu es une grande source d’inspiration.

    Aussi je comprend mieux l’idée de La décision. Franchement toute idée qui peut permettre de réduire ses dettes est bonne. À mon avis, c’est vraiment une fois libéré des dettes qu’on prend pleinement connaissance à quel point elles peuvent nous ruiner à long terme. Et ensuite vient éventuellement la phase « investissements » qui est bien plus excitante à mon avis. 🙂 Mais le plus important reste d’effacer les dettes.

  10. Val dit :

    @La décision: Wow, superbe ce principe d’entraide! Il faut vraiment que tu connaisses bien les personnes avec qui tu fais affaire mais cela doit effectivement te permettre de donner un méchant coup de pelle à ta dette rapidement! Je ne savais pas que ça existait. Merci de la partager ici!

    @Yannick, d’après les explications de La décision, tu peux faire des versements beaucoup plus gros grâce à l’aide de tes partenaires. Donc moins d’intérêt à payer, et une dette qui fond plus vite. Bien sûr c’est basé sur la confiance mais il semble que ça fonctionne bien pour La décision. Je dois dire que j’aime vraiment beaucoup le principe!

    @tsurf: Je n’ai jamais entendu parler du système de tontine… Il va falloir que j’investigue, cela m’intrigue vraiment beaucoup, Merci 🙂 Et Bravo pour cette reprise en main de tes finances, et de ta vie! Pour ce qui est des contrats… C’est un choix, il faut voir si ces petits contrats pourraient t’amener à quelque chose de plus sérieux et, pourquoi pas, la possibilité de travailler à ton compte complètement… C’est à analyser. Quelque chose me dit que tu as les pieds sur terre et que tu ne perdras pas temps et efforts pour rien 🙂

    @Tous: Je vais répondre à vos autres commentaires plus tard ce soir. Je veux prendre la peine et le temps de vous lire pour vous répondre sans bâcler mes réponses; tous vos commentaires sont importants pour moi, mais je n’ai malheureusement pas le temps maintenant. Je travaille de la maison aujourd’hui parce que j’ai vraiment beaucoup de choses personnelles à adresser (garage, comptable, etc etc etc) que je n’ai pas le temps de faire parce que justement, je travaille trop! Merci!

  11. Val dit :

    Merci M’hamed, et Bienvenue sur finir-riche! 🙂 Si vous avez des suggestions d’articles à proposer n’hésitez pas à m’en faire part 🙂

  12. Val dit :

    @Yannick: C’est toujours agréable de te lire 🙂 J’ai justement une amie qui habite Laval et qui est consultante à son compte, comme moi. Effectivement elle trouve ça vraiment dur quand elle doit se rendre au centre-ville. Au moins ses enfants ne sont plus à la garderie mais c’est quand même loin et difficile. Elle s’est dégottée un contrat en or qui lui permet de travailler de la maison la plupart du temps, c’est vraiment excellent pour elle. D’un autre côté elle n’a pas vraiment besoin d’argent, elle fait partie des rares personnes qui peuvent se permettre de choisir ses clients, et travaille plus pour le plaisir et pour se garder dans le coup qu’autre chose. Le paradis he? 🙂

    Pour se dénicher un contrat on passe par des chasseurs de tête avec lesquels on a établi une relation de confiance. Ça prend du temps et des contrats, il faut être opportuniste. Bien sûr on utilise aussi beaucoup le réseautage. Linked In is your friend 🙂 Le plus difficile est de se trouver le premier contrat, ensuite tout devient *beaucoup* plus simple, mais il faut vivre avec la possibilité de ne pas décrocher de contrat pendant une période de temps plus ou moins longue. De toute façon après 6 mois sans contrat tu sais qu’il y a un problème. Ça ne m’est jamais arrivé et bien sûr je ne le souhaite à personne, c’est une possibilité. Rien ne t’empêche de prendre un emploi à salaire en attendant, mais c’est vraiment une option que je préfère éviter.

    Mon contrat actuel finit fin juin, je suis donc en train de m’organiser pour trouver autre chose que je prendrai à mon retour de vacances, en septembre. Il faut juste voir venir et s’organiser en conséquence 🙂 Cela ne prend pas de temps, il suffit de faire circuler son CV. Bref il ne faut pas être stressé, sinon il vaut mieux rester à salaire!

    Les chasseurs de tête prennent typiquement 20% de ton taux horaire, mais c’est négociable. Plus tu es connu et apprécié et plus ce pourcentagepeut être réduit. En ce moment la côte prise sur mon taux est en dessous de 10% donc je garde vraiment la part du lion, je ne me plains pas 🙂 Certains chasseurs peuvent prendre jusqu’à 40% ce que je trouve vraiment être de l’extortion.

    Pour ce qui est des taux je ne peux pas les révéler ici, tu comprends bien, mais je peux te confirmer que cela vaut vraiment la peine de prendre le risque, si tu peux vivre avec le stress. Au plaisir de te lire de nouveau!

  13. Mystick dit :

    houla tout un horaire ! Je ne serais pas capable de vivre cela… mon conjoint et moi sommes programmeurs-analystes et c’est tout un univers. En ce moment nous sommes salariés pour des compagnies privées et je préfère celà. Oui les salaires sont moins élevés mais les responsabilités aussi ! Quand mon mari était consultant, il avait toujours de la pression pour faire des certifications; évidemment sur son temps personnel… ben on n’a pas le temps. Faire 37.5 heures par semaine au travail déjà je trouve ça énorme ! je serais aux anges de pouvoir avoir la semaine de 4 jours.. ou un temps partiel à 3 jours 🙂 Finalement, ni lui ni moi n’avons fait de certifications. c’est beaucoup d’heures… je ne veux pas passer mes nuits à étudier. En plus que ça ne représente tellement pas les connaissances d’un employé. Dans les certifications faut savoir par coeur des trucs qui sont les responsabilité des autres (comme les admins réseaux) et des bouts de codes qu’on se servira jamais ou que si on a besoin on va tout trouver ça sur internet. Combien j’en ai vu des gens bourrés de certifications mais sans diplôme qui ne font que foutre le bordel dans le code et se pousser dans une autre compagnie pour pas avoir à supporter leurs cochonneries. :S je suis amère enh ? Bref pour revenir au fond d’urgence, oui on en a un de côté. Par le passé on a parfois eu à se retrouver des emplois rapidement et ça n’a jamais pris plus que 2 mois. Faut dire que la demande est forte dans ce secteur…

  14. La décision dit :

    Bonjour Val,
    Oui, c juste génial! Surtout pour qu un qui n arrive pas à dégager 400$ par moi. C est une forme de rigueur.
    Je ne commaissais pas le système Tontine mais ça ressemble pas mal à notre système sauf que nous c est du court terme alors que l autre se monte sur plusieurs années.
    Bonne semaine

  15. Ton article tombe à point.
    Avec le budget Harper, mon emploi est visé pour une coupure possible. Heureusement, mes finances son en santé et j’ai un excellent fonds d’urgence.

    Par contre, cette situation me confirme qu’il est si important d’avoir de multiples sources de revenus. Je travaille là-dessus depuis près d’un an, et c’est certain que je mettrai les bouchées double pour atteindre mes objectifs

  16. Yannick dit :

    Je ne suis pas certain de comprendre l’idée derrière les parts..

    En fait, il s’agit en quelque sorte de prêter sans intérêts de l’argent à un(e) ami(e) à tout les mois et cette personne s’engagera à nous le rendre au bout d’un an?

    Dans le fond c’est une méthode pour économiser lorsque l’argent nous brûle les doigts et qu’on fini toujours pas le dépenser?

    Parce que sinon je comprend vraiment pas l’intérêt

  17. tsurf dit :

    Il y a quelques mois, il y a eu une coupure massive dans la compagnie pour laquelle je travaille, et sur le coup… je pensais que ca y était! J’étais en plein mode « Remboursement massif de mes dettes » et mon fonds d’urgence n’était que trop minime. La panique m’a gagné. Quand j’ai su que je l’avais échappé belle, j’ai refais mes calculs pour me batir un fonds d’urgence plus adequat. De savoir que l’on peut « tout » perdre en l’espace de rien, m’a fait realiser bien des choses. Depuis, toutes mes dettes sont payees et je travaille encore a maximiser mon fonds. Mais que ferais-je? Mon C.V. est on ne peut plus pret pour ce genre d’eventualite (ca faisait des lunes que je ne l’avais pas actualise!). Je me suis mise au reseautage et me prepare pour une certification… Je veux mettre toutes les chances de mon cote si cela venait a se produire. Je sonde egalement le marche de temps a autre. Si ca venait a arriver (j’espere pas avant fin juin), je prendrai le taureau par les cornes pour me trouver un autre emploi. J’ai recu des offres pour des contrats de tres court terme (en plus de mon job permanent) mais mon horaire actuel est deja tres serre. J’y songe!

    Pour le systeme de parts ci-haut! la methode me fait penser au systeme de tontine (afrique). La plupart du temps, les participants y depose de l’argent a part egale sur une periode de temps predefinie et l’argent est redistribue a ses membres a tour de role a la fin de chaque sous-periode x! C’est juste trop genial!

  18. La décision dit :

    Bonjour Val,
    Je n’ai jamais trouvé la réponse à ma question à savoir si on devait finir de payer ses dettes ou mettre de l’argent de côté. Pour ma part j’ai essayé de faire les deux en même temps mais à chaque fois cela finissait de la même façon: lorsque j’accumule disons une économie de 1000 ou 1500, je commence à trouver bête d’avoir de l’argent à un taux d’intérêt très bas quand ma carte de crédit me facture 9%. Donc je finis toujours par balancer mon fond d’urgence sur une dette. Jusque là, tout va bien, j’ai eu la chance de ne pas avoir eu d’urgence. C’est un risque à prendre.
    Par ailleurs, j’ai trouvé une façon plus simple et plus motivante de constituer un fonds ou de payer la dette, ça dépend de mon humeur. Je vais tenter d’expliquer.
    Nous sommes un groupe de 5 amies (bien sûr, il faut bien connaître les gens avec qui on procède) et nous avons mis en place un système de  »parts ». Selon la capacité de chacune, on achète le nombre de parts qu’on veut, dans notre cas, 4 on acheté 2 à 100$ l’une, et moi j’en ai acheté 4. Un total de 12 parts à 1200$ sur une durée de 12 mois.Donc, le 28 de chaque mois pendant 12 mois, chacune dépose le prix de ses parts dans le compte de l’une d’entre nous. ( ouf, c est plus compliqué de l’expliquer que de le faire).
    On a tiré au sort pour savoir l’ordre de qui aura la cagnote. Chacune a le droit à 2 cagnotes de 1200$ sur les 12 mois et mois j’ai le droit à 4 x 1200 en 12 mois. Dans mon cas, j ai eu un dépot de 1200$ en février, j en aurai un en mai, un en juin et un en novembre. Un total de 4800$ en 12 mois.
    De cette façon, et je sais pas si tu te souviens de mon blog de 48 mois, c’était la durée que j’avais estimé pour payer toute mes dettes il y a 16 mois. En mettant les bouchées doubles, et sans avoir touchés mes cagnotes, il me reste 24 mois.
    Je me sens mieux, je suis heureuse et je dis que 2 ans c’est rien pour me remonter le moral.
    Merci encore pour l’inspiration.

  19. M'hamed dit :

    Bonsoir,

    C’est vrai que ça fait longtemps que vous vous êtes éclipssée, mais je suis sûr que si vous aviez eu le temps de rédiger un autre article avant, vous l’auriez fait.
    Je suis un nouveau fidèle lecteur de votre blog, j’avoue que c’est très bien fait et que vos articles vont direct au but, du concret pur et dur.
    Je vous félicite encore pour cet article et m’attend à d’autres sujets aussi interessants de votre part.

    Cdlt,

  20. Yannick dit :

    Félicitations pour ton courage!

    Bien que la demande soit grande en informatique et que je n’ai donc pas réellement peur de manquer d’ouvrage un jour, je serais quand même déstabilisé de ne pas savoir ou je serais dans 6 mois.

    D’autant plus que, habitant et travaillant sur la rive-nord avec toutes les restrictions d’horaire que des enfants / garderies peuvent amener, je ne pourrais pas me permettre de travailler à Montréal. Ça me prend à peine 15 minutes aller au travail, ce qui me permet d’arriver à la garderie en un temps record.

    Aussi, je suis curieux sur un point: Comment fais-tu pour dénicher tes contrats et combien de temps dois-tu y mettre pour y arriver? Je suppose que de passer par une firme de consultants t’évite d’avoir à faire des recherches toi-même mais je suppose aussi qu’il se prennent une part considérable de ton salaire en contrepartie. La différence en vaux-elle la peine? Peux-on avoir une idée des montants si ce n’est pas trop indiscret?

    En tout cas, bien content que le saut se soit bien passé et que tout soit positif.

    Ne lâche pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 27 autres abonnés

Recent Comments

  • Objectifs 2017 publiés! (7)
    • Ginette Moreau: Bon retour! Bravo d’avoir fini de payer ta maison!
    • Isabelle: Et bien nous allons être toutes vigilantes et ne te laisseront rien passer !!! (rires) Bonne journée...
    • Diane Roberta: Je dois dire que ça fait un bien immense de retrouver ma source d’inspiration!
    • petitesoeur: là je te retrouve .. je te souhaite d’atteindre ces objectifs 😉
    • Mel: Chouette