Cas vécu: Comment dépenser 10 millions de dollars US en 10 ans

Jeter l'argent par les fenêtresJ’aurais tout aussi bien pu appeler cet article Comment jeter l’argent par les fenêtres… en un temps record. Cette histoire vraie est assez pathétique mais elle vaut la peine d’être racontée. Elle confirme que l’argent ne fait pas le bonheur, même s’il peut définitivement y contribuer, à condition bien sûr que l’on sache le gérer. Je l’ai dénichée dans les archives du New-York Times; cette malheureuse histoire est arrivée à une famille américaine qui a touché le fond en 2010, quand l’article a été écrit et je vous la résume ici.

Je vous présente la famille Martin. Une famille sans histoire: un mari, une femme et trois enfants. Quand cet article a été écrit le mari vivait dans une maison louée à $900 par mois en attendant que sa femme le rejoigne. Pourtant il s’agit du même homme qui, une dizaine d’années plus tôt (en 1998), avait reçu un appel de sa banque lui demandant où placer les 10 millions de dollars qui représentait la part qu’il avait reçu suite à la vente de l’entreprise familiale fondée par son père.

Je me demande combien de gens reçoivent un tel coup de téléphone. Ça ne doit pas être beaucoup. La plupart d’entre nous d’ailleurs doivent en rêver, et penser que c’est certainement la meilleure chose au monde qui pourrait leur arriver. En tout cas c’est arrivé aux Martin mais il semble qu’ils aient pris toutes les mauvaises décisions à partir de ce moment précis… et notamment:

  1. Ils n’ont pas investi, à part dans des actions et en utilisant des comptes à marge, donc à très grand risque;
  2. Ils ont acheté plusieurs maisons qu’ils ont voulu restaurer à coup de plusieurs millions;
  3. Ils ont acheté plusieurs voitures, donc une Aston Martin à plus de $300,000;
  4. Ils ont mené une vie de millionnaires: vacances, manteaux de fourrure, antiquités, fins de semaine luxueuses, chevaux (dont l’un coutait presque $200,000) etc… Il est clair que lorsqu’on vit dans une maison de millionnaires on ne peut pas la meubler avec du style Ikea!

Pour combler le tout, ils ont vécu leur expérience au beau milieu de la récession aux États-Unis, ce qui fait que Mr Martin, réalisant que ses actions prenaient la direction du sud et se rendant bien compte que le train de vie de sa famille ne pouvait les mener qu’à la faillite, a réussi à se trouver un emploi d’enseignant en anglais pour $14,000 par année. Entre vous et moi c’est très louable mais je ne pense pas que son salaire aurait suffit à garder le train de vie de la famille à flots. Éventuellement il ne leur resta que l’option de vendre leurs avoirs mais la majorité de ceux ci était bloqué dans la pierre (leurs propriétés). Avec le prix des maisons qui s’est effondré ils n’ont jamais réussi à trouver preneur pour leurs palaces à plusieurs millions de dollars. Ils ont revendu leur propriété dans les Adirondacks à une fraction du prix…  La propriété a été vendue pour $1,250,000 alors qu’elle avait été mis en vente à $4,900,000. Comme quoi le malheur des uns fait le bonheur des autres. Cet argent a servi à payer l’hypothèque de la maison ainsi que les $53,000 de taxes foncières de la-dite propriété. Quand j’y pense, juste les taxes par année de l’une de leurs maisons coûtent plus que ce qui me reste à payer sur la mienne…

Au moins le couple est toujours ensemble, même s’ils ont de toute évidence passé au travers de moments particulièrement difficile. Mme Martin a elle même un emploi de remplaçante dans une école pour autistes qui rapporte $12,000 par année qu’elle a du laisser pour rejoindre son mari qui, malgré tout, gagne plus d’argent qu’elle. Il ne leur reste que de beaux souvenirs de cette période passée, et des regrets aussi, des regrets d’avoir été trop dépensiers, d’avoir été mal ou pas du tout conseillé, d’avoir pris des décisions dévastatrices pour leurs finances. Je me demande aussi comment les enfants ont vécu cette situation, de l’opulence à la déchéance.

Que pensez-vous de cette histoire? Franchement sans trop y réfléchir, si on ne fait que diviser $10,000,000 par 40 ans, cela revient à la coquette somme de $250,000 par année! Ce qui revient à $4,807 par semaine! Bien sûr je ne tiens aucun compte de l’inflation, je cherche simplement à démontrer que 10 millions de dollars, c’est tout de même une somme énorme! Quand on pense qu’il ne leur a fallu que 10 années pour tout flamber, quel gâchis…

C’est un fait connu, les gens qui ne sont pas préparés psychologiquement ni éduqués financièrement et qui gagnent une grosse somme d’argent de façon soudaine, que ce soit par héritage ou par la loterie, finissent la plupart du temps par faire faillite quelques années plus tard. Par contre les personnes qui sont déjà stables et équilibrées financièrement sauront beaucoup mieux gérer ce bon coup du sort. Généralement elles ne changent pas leurs habitudes, continuent de travailler d’une façon ou d’une autre, elles ne se coupent pas de la réalité qui les entourent.

Et vous, que pensez-vous de cette histoire?

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter


5 thoughts on “Cas vécu: Comment dépenser 10 millions de dollars US en 10 ans”

  1. Val dit :

    Bien dit M’hamed! Je suis d’accord, nous devrions enseigner la gestion des finances personnelles en premier lieu à la maison mais aussi à l’école. On éviterait ainsi sans doute beaucoup de problèmes d’endettement plus tard dans la vie des gens. Merci pour ton commentaire!

  2. M'hamed dit :

    Effectivement, c’est dommage de perdre une telle somme aussi rapidement.

    Plusieurs familles riches pensent que l’éducation de leurs enfants se limite au fait de leur procurer tous ce dont ils ont besoin, et généralement expriment ceci en dépensant de l’argent à tort et à travers sans se soucier réellement de leurs donner une éducation financière saine qui va permettre aux enfants par la suite de prendre la relève de leurs parents. Dans la majorité des cas, une fois la fortune entre les mains des héritiers, une fortune tout de même amassée durant des décennies, part en l’air en quelques années…
    L’éducation à l’argent ne doit plus rester tabou. c’est quelque chose qui s’apprend dès le plus jeune âge. Et je crois que le meilleur moyen de l’apprendre et d’inculquer à nos enfants le sens du travail… Beaucoup d’entre nous croit que le fait de gagner plus est un coup de chance alors que ce n’est pas vrai… Vous devez travailler dur pour gagner plus… Certes, l’opportunité y est pour quelque chose aussi, mais si on n’a pas le sens du travail, nous ne pourrions pas saisir cette opportunité…

    Merci pour cet article qui illustre trés bien un cas concret de l’importance de l’éducation financière.

  3. Val dit :

    Absolument Bengal, on se rejoint tout à fait. C’est un vrai gâchis. De toute évidence ce fils là (car les autres s’en sont mieux sortis) n’a pas hérité de l’esprit d’entreprenariat de son père…

  4. Bengal dit :

    Aie aie aie, c’est pour dire comment il est important d’avoir une éducation économique…Peut-être que s’il n’avaient pas liquidés leurs investissements en actions au plus bas, ils auraient pu se refaire partiellement…

    S’ils n’avaient pas concentrés leurs investissements en actions risquées et en immobilier…

    C’est d’une grande tristesse, l’ignorance financière est tellement néfaste!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 27 autres abonnés

Recent Comments

  • Objectifs 2017 publiés! (7)
    • Ginette Moreau: Bon retour! Bravo d’avoir fini de payer ta maison!
    • Isabelle: Et bien nous allons être toutes vigilantes et ne te laisseront rien passer !!! (rires) Bonne journée...
    • Diane Roberta: Je dois dire que ça fait un bien immense de retrouver ma source d’inspiration!
    • petitesoeur: là je te retrouve .. je te souhaite d’atteindre ces objectifs 😉
    • Mel: Chouette